• Sur les pas de Claude Monet (fin)

     

    On arrive à la fin de cette  jolie visite par la maison de Claude Monet.

    Comme tous les touristes j'ai visité, regardé, admiré, pris des photos mais...

    Mais j'ai eu un sentiment d'impudeur, de curiosité malsaine à entrer dans la maison d'un homme qui a vécu la fin de sa vie ici.

    Entrer dans les chambres m'a gênée et pourtant comme tout le monde j'ai pris des photos !

    Cette maison est un petit bijou et la fondation l'entretient à merveille.

    J'ai adoré la salle à manger et la cuisine.

    J'ai imaginé les occupants assis devant les fenêtres à rêver, peindre ou coudre.

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

    Sur les traces de Claude Monet (fin)

     

     

     

                                                   C'est fini 


    6 commentaires
  • L'histoire de Claude Monet est passionnante.

     

    Sa biographie (copié/collé sur internet)

     

    Alors qu'il était encore au lycée, il connut une certaine notoriété en peignant des caricatures qu'il exposa dans le magasin de fournitures de dessin avec lequel Eugène Boudin travaillait à l'époque. Finalement Boudin convainquit le jeune Monet, d'abord réticent, de peindre avec lui en plein air. Monet dira plus tard : "par le seul exemple de cet artiste épris de son art et d'indépendance, ma destinée de peintre s'était ouverte".

    Sa famille n'était pas opposée à ce qu'il devint peintre, mais ses idées indépendantes, sa critique de la peinture académique et son refus de suivre une bonne Ecole d'Art provoquèrent des disputes répétées au sein de sa famille. Finalement, Monet commença à travailler à Paris à l'Académie Suisse, où il fit la connaissance de Pissarro et Cézanne, avant de devoir effectuer ses obligations militaires.

     

    En 1870, Monet épousa son modèle Camille Doncieux, qui lui avait donné son fils Jean (1867-1914); en 1878 leur deuxième fils, Michel, naquit. Camille posa pour de nombreuses toiles de Monet e.g. Les promeneurs, Femmes au jardin (Camille pose pour les 4), La femme à l'ombrelle, La japonaise , et beaucoup d'autres.

    Pendant la guerre Franco-Prussienne de 1870-71 et la courte guerre civile qui suivit (la Commune) , Monet vécut à Londres et fut présenté à Paul Durand-Ruel, un important marchand d'art, qui devait contribuer beaucoup à diffuser les oeuvres impressionnistes.

    En 1874, dans une atmosphère de plus en plus hostile de la part des milieux officiels, Monet et ses amis formèrent un groupe et exposèrent dans leur propre salon pour la première fois. Une de ses oeuvres, "Impression, soleil levant" donna son nom au mouvement impressionniste

     

    Les années qui suivirent virent un essor du courant impressionniste. Monet participa aux expositions du groupe de 1874, 1876, 1877, 1879 et 1882.

    Durant ces années il créa des chefs-d'oeuvre tels que "La Gare Saint-Lazare" (1877) et "Rue Saint-Denis- Festivités du 30 Juin 1878" .

    Cependant ses toiles trouvèrent peu d'acquéreurs. Désespérément pauvre, il rechercha constamment des lieux où la vie fut moins chère et vécut à Argenteuil de 1873 à 1878, à Vétheuil de 1879 à 1881, à Poissy en 1882, et à Giverny de 1883 à sa mort.

     


    Gare Saint-Lazare
    1877
    Musée d'Orsay, Paris

     

    DES JOURS MEILLEURS A GIVERNY

    A la fin des années 1880, ses oeuvres commencèrent à attirer l'attention du public et des critiques. La renommée lui apporta du confort et même la richesse. Monet vit alors à Giverny depuis 1883 avec ses deux fils, Alice Hoschedé et ses six enfants. Alice est la femme du propriétaire de grand magasin et collectionneur de tableaux impressionnistes Ernest Hoschedé qui fit faillite en 1878. Monet put acheter en 1890 la propriété de Giverny, dans laquelle il vivait en location, et épousera Alice (décédée en 1911) en 1892, après la mort de son mari .

    A cette époque, le peintre était absorbé à peindre des paysages en série : Les rochers de Belle-Ile (1886), Falaises de Belle-Ile (1886), Peupliers sur les rives de l' Epte (1890-1891).

     

    Monet laisse une oeuvre considérable autant par la quantité (plus de 2000 oeuvres répertoriées), que par sa recherche impressionniste, expression dont il est le représentant le plus typique. 

     

    Malgré une saison tardive mais sans doute aussi grâce à sa douceur, il y avait beaucoup de visiteurs et surtout des étrangers.

    Se promener dans ces allées si bien entretenues par la fondation "Claude Monet" fut un pur délice.

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)

     

     

    Sur les traces de Claude Monet (seconde partie)


    5 commentaires
  • Il y a longtemps que je voulais y aller.

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

    C'est par hasard que je m'y suis rendue. Je voulais prendre des photos du vieux moulin à Vernon à une cinquantaine de kilomètres de chez nous.

    J'ai regretté le manque de luminosité, mes photos sont ternes !

    Puis en repartant, je vois un panneau "les jardins de Claude Monet" et le site ne se trouvait qu'à 4 kilomètres.

    Honnêtement je ne m'attendais pas à voir ces jardins encore bien fleuris mais je n'en dis pas plus….

    Ce serait faire offense à ce grand peintre et fondateur de l'impressionnisme de ne faire qu'un seul article.

    Et de toute façon j'ai tellement pris de photos que j'ai envie de partager avec vous cette magnifique journée (car le soleil a fini par montrer le bout de ses rayons).

     

    Le vieux moulin de Vernon

     

    C'est un bâtiment à colombages construit à cheval sur l'ancien pont de la Seine.

     

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

     

    Nous avons repris la voiture (j'étais avec ma fille) pour stationner 4 à 5 kilomètres plus loin.

    Et nous voici devant les jardins de Claude Monet.

    Quelle floraison ! Quelle beauté ! J'imagine l'été comme ce doit être magnifique.

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)

     

     

    Sur les traces de Claude Monet (Première partie)


    11 commentaires
  • Château Gaillard

     

    Il a fait très beau mardi dernier avec 17 degrés, ce qui est très acceptable pour la Normandie une fin d'octobre.

    J'ai eu besoin de me promener et j'ai choisi de visiter Château Gaillard aux Andelys, à environ une heure 15 mn de chez nous.

    Ce fut une très belle visite et je m'étonne qu'en 20 ans dans cette région je n'ai jamais pensé à y aller. Il faut dire que je fais de la rando depuis peu.

     

    Château Gaillard

     

    Un peu d'histoire

     

    Château-Gaillard est une forteresse, enfin ce qu'il en reste, médiévale du 12e siècle.

    Elle se situe au cœur du vexin normand dans la commune des Andelys. Elle est bâtie sur une falaise de calcaire et domine un grand méandre de la Seine. On doit sa conception au roi d'Angleterre et au duc de Normandie, Richard cœur de lion.

    Ce château est classé au titre des monuments historiques.

    Là pour qui aime l'histoire, je fais un copié/collé trouvé sur internet.

    .

     

    La construction de la forteresse s'inscrit dans la lutte que se livrent depuis les années 1060 les rois de France et les rois d'Angleterre, alors ducs de Normandie. En 1189, Richard Ier dit Richard Cœur-de-Lion hérite des couronnes de son père Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre et duc de Normandie. Le roi Philippe Auguste (Philippe II de France), jusque-là allié de Richard, s'éloigne de lui. Ils partent toutefois ensemble dès l'hiver 1190-1191 pour la Terre sainte. Mais après quelques mois, Philippe Auguste retourne dans son royaume et profite de l'absence de Richard pour entamer la conquête de la Normandie. Dès son retour, le roi d'Angleterre entreprend avec énergie de récupérer la suprématie sur la frontière orientale de son duché de Normandie. Après avoir battu l'armée du Capétien à Fréteval près de Vendôme, il conclut un traité de paix avec son rival en 1196. Richard concède notamment plusieurs places fortes que son frère avait perdues, parmi lesquelles Gaillon et Vernon. La frontière orientale du duché est alors fragilisée. Le roi d'Angleterre doit construire une nouvelle forteresse pour barrer la route de la Seine à la prochaine offensive des Français. Le site des Andelys lui apparaît idéal.

     

     

    J'ai eu une petite déception car l'entrée du château est fermée… le mardi ! Pourtant beaucoup de gens et même des cars de touristes arrivaient en flot.

     

    Mais les extérieurs ont suffi à me satisfaire pleinement. C'est majestueux !

     

    Château Gaillard

     

    Le pont par lequel on arrive en voiture

    Château Gaillard

     

    La vue une fois qu'on a grimpé la colline

     

     

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

    un petit zoom

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

    Le tour du château

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

     

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

     

     

    Château Gaillard

     

    Château Gaillard

     

    Bonne journée

     

    Château Gaillard

     


    10 commentaires
  • Lorsque vous allez chercher le pain, vous avez sans doute votre boulanger préféré, celui qui sait si bien faire le bon pain croustillant et moelleux à souhait.
    Mais faites vous le chemin, qu'il soit à pied, à vélo, en voiture, dans le plus grand automatisme ou alors regardez-vous autour de vous ?

    Et bien cela fait... 20 ans que je fais le même parcours et je n'ai jamais vu combien les alentours étaient aussi beaux !

    Nous sommes dans un village à quelques kilomètres du mien, un village typique normand et bien agréable.

    Dans ce village il y a une ruine "le donjon de Conches" et je m'y suis arrêtée, promenée et j'ai pris en photo ce lieu insolite.

    Certes je n'avais que mon téléphone portable, ne me promenant pas avec mon appareil photo pour aller faire des courses, mais je suis assez satisfaite du rendu.

     

    Le village de Conches en Ouche (27) au loin 

     

    La cliente du boulanger

     

    La Mairie

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

    La cliente du boulanger

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique